La richesse de Lausanne
Lausanne REGIS COLOMBO/www.diapo.ch " Photos de Lausanne : Elles sont libres de droit uniquement et exclusivement pour la promotion touristique de Lausanne dans un cadre touristique. Pour toute autre utilisation : commerciales ou autres formes de reproduction (CD ROM, SITE INTERNET, éditions etc...) elles doivent faire l’objet d’une demande écrite par E-mail à editions@lausanne-tourisme.ch et rc@diapo.ch They are free of copyright solely and exclusively for the tourist promotion of Lausanne in a tourist context. For all other use: commercial or other forms of private publishing (CD ROM - INTERNET SITES, etc...) you must apply in writing by E-mail to editions@lausanne-tourisme.ch and rc@diapo.ch

La richesse de Lausanne

Les élèves de Floréal proviennent de 49 pays différents

«Lorsque Kai a commencé l’école, j’ai constaté à quel point le collège de Floréal était multiculturel, explique Jennifer Petree. Il suffit d’entendre les différentes langues parlées dans la cour tous les matins pour s’en rendre compte.»

Cette Américaine, mère de deux garçons, a donc souhaité en savoir plus sur les origines des camarades de son fils scolarisé à l’avenue de Cour. Elle a mis sur pied un collectif d’une dizaine de parents qui a élaboré un sondage. Ville de naissance du père et de la mère, langues parlées par les parents, lieu de naissance des enfants, langues parlées à la maison font partie des renseignements demandés aux 160 familles qui ont un ou plusieurs enfants scolarisés dans l’école de Floréal.

«Cent vingt-cinq familles ont joué le jeu, nous sommes très contents d’avoir obtenu autant de réponses, se réjouit Jennifer Petree. J’ai été surprise de constater à quel point une école typique de la classe moyenne lausannoise peut être si multiculturelle.» Pour rappel, le Collège primaire de Floréal accueille environ 250 élèves des classes allant de la 1P à la 6P.

Les résultats du sondage sont éloquents: 49 pays différents y sont représentés. La moitié sont des pays européens (Suisse incluse), l’autre moitié englobe des nations d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Dans le désordre, on retrouve ainsi le Japon, le Monténégro, la Nouvelle-Calédonie, le Chili, le Pérou, l’Ukraine, le Sénégal, la Bosnie, l’Ethiopie ou encore le Maroc, les Pays-Bas, la Turquie, entre autres.

Autre point intéressant: deux tiers des élèves parlent plus d’une langue à la maison. Les parents de ces jeunes Lausannois parlent 35 langues différentes au total.

Lausannois d’aujourd’hui

«Les élèves sont presque tous nés ici, précise Jennifer Petree. Alors que leurs parents sont, pour plus de la moitié, nés ailleurs. Je trouve très enrichissant de voir des enfants qui baignent dans plusieurs cultures sans que cela soit conflictuel. Le but de ce sondage est de pousser à une vraie réflexion sur ce que veut dire être un jeune Lausannois aujourd’hui. Nos enfants seront les têtes pensantes de demain et ils auront grandi dans une ville multiculturelle et ouverte d’esprit.»

——————————————————————————————————————–

«La multiculturalité est une richesse incroyable pour la ville»

«Le multiculturalisme est une réalité à Lausanne, confirme David Payot, conseiller municipal à la Direction de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers. La proportion de personnes étrangères en ville dépasse les 40%. Il est donc très important de maintenir une continuité entre la culture familiale et la culture scolaire pour tous ces jeunes qui sont issus de familles migrantes.»

Dans cette optique, la Ville met à disposition des locaux dans les bâtiments scolaires pour que les élèves puissent y suivre des cours de leur langue d’origine. Albanais, portugais, espagnol, tamoul, grec, entre autres…

«Les chiffres du Service des écoles primaires et secondaires montrent que ces élèves ne sont pas si étrangers que cela puisque la plupart sont nés et ont grandi ici, poursuit David Payot. Ils sont à cheval entre deux cultures et l’école se doit d’être un lieu ouvert qui inclut les parents. Pour Lausanne, c’est une richesse incroyable et nous avons à cœur de faciliter le plus possible l’intégration de ces enfants.»

Afin que le multiculturalisme lausannois soit un succès, la Ville propose aussi les devoirs accompagnés ou encore l’accueil préscolaire pour les enfants allophones. A noter que le Centre de ressources pour élèves allophones, qui gère les classes d’accueil et offre appui et coordination aux élèves et aux établissements lausannois, vient de fêter ses 10 ans.

Par Yseult Théraulaz, 15.06.2017

Leave a Reply

*

code